7 mots & expressions à connaitre quand tu visites la Franche-Comté

Je sais, je sais ce n’est pas exhaustif, mais c’est une sélection. J’espère que vous l’apprécierez. N’hésitez pas à ajouter vos mots et expressions franc-comtoises en commentaires.

1- ÇA MEULE : IL FAIT FROID

Comtois à la fois par le sens et par le son :), ça meule souvent en Comté.

2- T’AS MEILLEUR TEMPS DE

Tu ferais mieux de, bref quand on te dit t’as meilleur temps de, fais bien attention à ce qui suit, on ne sait jamais, un bon conseil peut s’en venir.

3- JE SUIS GAUGÉ – ÊTRE GAUGÉ

ÊTRE MOUILLÉ, TREMPÉ. Quand tu arrives à l’auberge après une saucée, tu pourras partager un peu de ton savoir sur la Franche-Comté à ton hôte. 😉

4- BEUILLOT

C’est l’idiot du village, si on te le dit, mmm c’est peut-être le moment de prendre quelques distances.

5- LA PELLE À CH’NI

Utilisée de la Savoie à le Franche Comté en passant par le Valais en suisse, ch’ni, c’est la poussière, la balayure.

6- VINDIOUSS

VINDIEU en plus moderne, une interjection d’anciens. Si tu l’entends, prends garde à toi.

7- SE GAUPER

S’habiller

Ajoutez votre savoir en commentaires et participez à la conservation des façons de parler de la francophonie. C’est notre richesse à tous.

Il vous est aussi possible de m’encourager à créer plus de contenu comme celui-ci en m’offrant un petit pourboire, l’équivalent d’un café.

14 comments

    1. comme en Suisse et dans le sud-ouest ils disent une poche
      il y a certaines de vos expressions qui se disent aussi dans le Lyonnais et le Dauphiné

      1. Salut merci pour les commentaires : Le sud de la Franche-Comté a un dialecte Arpitan (franco-provençal), langues parlées dans le Lyonnais, le Dauphiné, la Savoie et toute la Suisse romane. Le reste de la franche comté parlait « franc-comtois » dialecte d’oil (tout le nord de la France à l’exception de l’Alsace, la Moselle, l’extrême nord et l’ouest de la Bretagne), nous avons donc deux langues différentes bien qu’ayant sans aucun doute des proximités et un dégradé de l’un à l’autre.

        Le mot poche dans le sud ouest n’a pas vraiment de rapport, il peut être une évolution convergente si on le dit en suisse, mais n’a pas de lien particulier les deux zones ayant deux langues bien différentes ayant plus de 1500 ans d’évolution sans contact, là-bas, les mots utilisés viennent du gascon et du languedocien, tous deux langues d’Oc. Donc une 3e langue différente des deux premières.

        Merci encore pour vos remarques au plaisir

      1. Le « à peine Franc-Comtois », c’est pour euphémismer tout ce qu’on dit et on le met partout.

        Il fait à peine trop froid — il fait un peu froid.
        La morteau estcà peine trop salée.

        1. Je vois merci pour l’Exemple 🙂
          Je pense que l’euphémisation avec « à peine » est alors plus généralisé, je ne sais pas si dans le Lyonnais c’est le cas, mais plus bas en Provence, la même forme se retrouve

  1. ne pas oublier la ticlette c’est à dire la poignée de la porte: bien ticler pour vérifier si on a bien fermé la porte à clef!

    1. en Arbois (jura) on parle plutôt d’un ticklet (ou ticlet,ou tiqluet?)non pour la poignée mais pour « la serrure à pène plat  » qui est l’appellation officielle & nationale qui est un verrou à glissière.CQFD !

  2. n’oublions pas !!! bon nombre de francs-comtois travaillaient au commerce du boiset pratiquaient le flottage du bois,et nombre d’entre eux, charmés par la météo provençale, s’établirent en côte méditerranéenne, la preuve, il y à des Boyer à Sète (Boilley en FC, Boillet ailleurs,) Se rappeller qu’au début du XXeme siècle, plus d’un adulte sur deux, ne savait écrire ! donc il y eu un échange de vocabulaires, chaque dialecte complétant l’autre !

    1. C’est intéressant comme fait historique, je l’ignorais merci beaucoup pour ce retour.
      Sète est en Languedoc cependant, qui parlait Languedocien, une variation dialectale différente de l’occitan provençal. L’euphémisation « à peine » me semble très moderne et propre à un usage français et non franc-comtois et provençal, mais je peux me tromper.

      Il serait intéressant de voir la part de franc-comtois dans le parlé de Sète, mais je pense que les « languedocianisme », les « italianismes » et « hispanismes » (ces trois dernières très proches) doivent être plus marqués et prégnants que des mots franc-comtois, mais c’est à mon sens très difficile à vérifier.

  3. Mes beuiots de p’tiots sont encore allé tiaffer dans les gouilles, y sont r’venu tout gaugés !!!! La mére a du tous les r’linger …..

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *